• Taille du texte
  • Contraste
  • 14.11.2019
  • 3 min

En Italie, quand l’économie va, tout va

Quelle que soit la teneur de l'actualité, la politique retient le plus l'attention des Italiens, mais l'économie reste le véritable moteur de leur optimisme. Tels sont les enseignements de l'observatoire Agos Monitor, créé par Agos et l’institut Eumetra MR, qui a pour objectif d'étudier l'évolution des comportements des Italiens en matière de consommation.

 

L’observatoire Agos Monitor s’est intéressé à la façon dont l’actualité médiatique influençait les Italiens. L’étude confirme que celle-ci a un impact sur leur optimisme ou leur pessimisme. Parmi les actualités ayant une forte influence positive, nous retrouvons celles de nature politique (18%), puis économique (13%).

L’enquête d’Agos tente également de mesurer les effets de l’information en général sur le moral et l’attitude des Italiens. Portant sur les actualités de la période cruciale des élections européennes en mai 2019, elle montre à quel point les nouvelles positives pèsent deux fois plus lourd que les négatives sur l’attitude des Italiens. En quelque sorte, pour les Italiens, une nouvelle positive en chasse deux négatives.

‘‘

« Chaque jour, nous sommes confrontés à des actualités que l’on pourrait qualifier de négatives. Néanmoins, ces dernières n'ont pas toujours la force d'influencer le moral des Italiens. En effet, nous sommes davantage réceptifs aux bonnes nouvelles positives, qui induisent une positivité accrue, et éloigne le nuage de signaux critiques qui nous entoure »

Fabrizio Fornezza Sociologue et Président d’Eumetra MR

L’optimisme synonyme de projets à mener

Quand la famille italienne est optimiste, elle rêve à différents projets (en moyenne 3,3 par personne). 34% d'entre elles déclarent vouloir rénover leur maison et 25% désirent acheter une voiture, une moto ou un bateau.

28% aimeraient utiliser leur épargne pour leurs vacances ; 23% souhaiteraient simplement profiter de la vie et faire ce qu'ils veulent ; et 19% financeraient les études de leurs enfants.

En ce qui concerne les projets financiers, 36% des Italiens souhaiteraient épargner pour l'avenir, dont 17% optent pour investir dans un fonds de pension. 15% des Italiens aimeraient dégager un revenu supplémentaire en cas d'urgence et 13% comptent rembourser les dettes.

‘‘

« Évidemment, il n’est pas toujours possible de mener à bien ses projets en puisant dans son épargne. Envisager un prêt ou un financement est une solution. L’enquête révèle que plus le projet est important et pérenne, plus le recours au crédit devient légitime et envisagé. »

Flavio Salvischiani Directeur général adjoint d'Agos

Découvrez toutes nos chaînes