• Taille du texte
  • Contraste
  • 27.05.2021
  • 5 min

Sofinscope : Se marier à l’heure de la crise sanitaire : quels bouleversements ?

Malgré une chute historique du nombre de mariages due aux contraintes exceptionnelles imposées par la pandémie de Covid-19, les Français aspirent toujours au mariage.

Si le nombre de mariages a reculé de 34% en 2020[1] en raison des restrictions drastiques instaurées pour lutter contre la propagation du virus, l’aspiration au mariage n’a cependant pas disparu. Près d’un quart des Français envisage ainsi de se marier un jour (23%, +4 points vs 2020). Cumulés aux 47% de Français aujourd’hui mariés ou remariés, c’est 70% de la population qui est mariée ou qui y aspire. Plus largement, les Français ont majoritairement confiance dans l’institution du mariage : ils sont 59% à penser qu’elle a de beaux jours devant elle.

Un dimensionnement des mariages à la baisse

S’ils devaient organiser un mariage, les Français convieraient en moyenne 50 invités, soit 12 de moins qu’en 2020, nombre le plus bas depuis le début du baromètre en 2014. Les Français estiment ainsi le budget moyen global de l’événement à 7 528 €, enveloppe la plus restreinte donnée sur ces 8 dernières années. Cette baisse de 142 € (-2%) vient confirmer la chute du budget déjà observée l’an dernier.

Un recentrage du budget sur les dépenses essentielles, sans renoncer à la convivialité

Pour faire des économies, les Français se disent prêts à se passer de photographe (40%) ou à réduire le budget des cadeaux pour les invités (28%), de la lune de miel (26%), du lieu du mariage (25%), de la décoration (24%) et des tenues (24%). Au contraire, le repas, les boissons et le vin d’honneur restent des postes sanctuarisés : seul un Français sur dix envisagerait de réduire ces budgets de bouche.

Un Français sur trois envisage un crédit pour financer son mariage

L’épargne personnelle reste l’option la plus envisagée, même si elle a très nettement reculé par rapport à 2020 (74%, -11 points). La sollicitation des parents et des proches est la deuxième source de financement la plus considérée (47%, -15 points). Le recours au crédit se classe troisième et serait envisagé par un tiers des Français (-12 points). Enfin, le sponsoring et le financement participatif, qui séduisaient chacun un tiers des Français en 2020, ne sont plus envisagés que par un quart (respectivement 25% et 24%).

 

 

Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre OpinionWay pour Sofinco ».

[1] Source : Bilan démographique 2020, Insee - https://www.insee.fr/fr/statistiques/5012724

Découvrez toutes nos chaînes