• Taille du texte
  • Contraste
  • 28.07.2016
  • 7 min

Panorama du crédit à la consommation en Europe en 2015 : Nette reprise du marché européen du crédit à la consommation

Pour la neuvième année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l’état du marché du crédit à la consommation dans les 28 pays de l’Union européenne. En 2015, l’encours a progressé de 3% et le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France ont confirmé leur place de plus grands marchés européens.

Des encours en progression

Après une période de repli, dont l’ampleur s’est néanmoins atténuée à partir de 2012, l’année 2015 marque une reprise visible du marché européen du crédit à la consommation. L’encours de crédit à la consommation dans l’Union européenne s’établit à 1 124 milliards d’euros (+3% par rapport à 2014). Globalement, l’encours moyen se stabilise à 2 200 euros par habitant au sein des pays de l’Union européenne. « Ce retour à la croissance est étroitement corrélé à la santé de l’économie réelle et la bonne dynamique des principaux marchés du crédit à la consommation », explique Jérôme Hombourger, Directeur Général Adjoint en charge du Développement et de la Stratégie de Crédit Agricole Consumer Finance.

 

Un marché dynamisé et contrasté

Les encours les plus importants sont au Royaume-Uni avec 329 milliards d’euros, en Allemagne avec 225 milliards d’euros et en France avec 153 milliards d’euros. La croissance du marché est favorisée par deux facteurs : la conjoncture économique globalement plus clémente et l’intérêt croissant des groupes bancaires pour le crédit à la consommation. C’est l’activité de financement automobile qui se porte le mieux, bénéficiant de l’embellie du marché automobile et du succès des formules de location. Cette dynamique d’ensemble masque néanmoins des disparités : les pays de la Méditerranée restent convalescents suite à la crise des dettes souveraines et neuf pays de l’Union européenne voient encore leurs encours reculer.

 

France : reprise confirmée

En France, en dépit de contraintes réglementaires fortes, la reprise amorcée en 2014 s’est confirmée en 2015. Les encours augmentent de 4% à 153 milliards d’euros et l’encours par habitant progresse de 3%, à 2 305 euros, situant la France dans la moyenne de l’Union européenne. Pour la première fois depuis 2008, le taux de détention par les ménages, à 26%, est en augmentation. « Les différents produits et segments de marchés connaissent néanmoins des évolutions hétérogènes : le crédit renouvelable recule (27% de la production contre 31% en 2014) alors que la location avec option d’achat (LOA), essentiellement automobile, fait une percée (12% de la production en 2015 contre 9% en 2014) », précise Jérôme Hombourger.

 

Europe du Nord : activité toujours bien orientée

Le Royaume-Uni, premier marché européen du crédit à la consommation en volume, représentant à lui seul près de 30% du marché de l’Union Européenne, confirme sa trajectoire de reprise entamée en 2012. Son encours croît de 6% et dépasse son niveau de 2008.

En Allemagne, le dynamisme de la consommation intérieure, soutenue par l’instauration d’un salaire horaire minimum en 2015, a profité au marché du crédit à la consommation : les encours progressent en 2015 de 1%, et la part des crédits amortissables continue à croître (+3%).

Les pays scandinaves, à l’exception de la Suède où le taux d’épargne est historiquement élevé, présentent un encours par habitant très supérieur à la moyenne européenne : 5 000 euros par habitant en Norvège (1er encours par habitant européen), 3 100 euros par habitant au Danemark (5ème position), 2 600 euros par habitant en Finlande (8ème position).

 

Europe du Sud : le rebond après le repli ?

L’Espagne, l’Italie et le Portugal représentent 16 % du total des encours de crédit à la consommation de l’Union Européenne, et l’encours par habitant y est inférieur à la moyenne de l’UE : 1 700 euros en Italie, 1 400 euros en Espagne et 1 200 euros au Portugal.

En Italie, les encours se redressent de 2% en 2015, dans un contexte de forte reprise de la production de crédit à la consommation.

En Espagne, l’encours de crédit a crû de 6% en 2015, accompagnant un recul important du chômage, mais reste 40% inférieur son niveau de 2008.

Au Portugal, la stabilisation amorcée en 2013 se confirme en 2015, sans nette reprise du marché. Cette situation reflète les difficultés du Portugal à relancer son économie.

 

Découvrez toutes nos chaînes